La Haute École Pédagogique Actualités Coup de projecteur sur la dyspraxie

Coup de projecteur sur la dyspraxie

La catégorie pédagogique de Virton accueillait pendant la matinée du vendredi 9 octobre, le colloque relatif à la dyspraxie des jeunes et à ses conséquences tant à l'école qu'en famille.woupss

Mais qu’est-ce que la dyspraxie ?

La dyspraxie, qui concerne 3 % à 6 % des enfants (certains parlent même de 10 %), est une anomalie de la planification et de l'automatisation des gestes volontaires qui se manifeste lorsque l’enfant réalise un mouvement. Par conséquent, cette difficulté est fréquemment surnommée le ”handicap invisible”.

Le jeune atteint de dyspraxie conçoit bien les gestes, mais ne parvient pas à les organiser ni à les réaliser de façon harmonieuse. Il est parfois décrit comme « maladroit », « lent », « sans volonté », « brouillon » voire « gaffeur ». Néanmoins ces jeunes n’ont aucune déficience mentale, trouble psychiatrique ou trouble neuro-moteur. Ils sont capables d’apprendre, mais nécessitent des moyens et des stratégies adaptées à leurs difficultés, tout en mobilisant leurs nombreuses ressources.

Enfin, comme on peut le constater, elle s’exprime dans l’ensemble des milieux de vie des personnes et pas uniquement en milieu scolaire.

Le bilan est plus que positif pour les organisateurs du colloque, à savoir la province de Luxembourg, le DHAMO (Direction Handicap et Actions en Milieu Ouvert), le SAI Parcours Comm'Un. En effet, pas moins de 380 personnes ont rejoint le site de Virton pour participer à cette matinée, signe que cette thématique touche de près ou de loin de nombreuses personnes.

 

Un public issu de divers horizons ...

C'était un public très diversifié qui était présent, composé de parents, de professionnels de l'enseignement, du secteur paramédical, mais aussi des étudiants de 3e année des différentes sections que compte la catégorie pédagogique (futurs enseignants, régents ou instituteurs ainsi que les éducateurs spécialisés). Cet engouement est-il également le signe d'une véritable interrogation sur ce sujet ?

Un programme riche et varié intégrant parfaitement la formation des étudiants

Le programme construit très minutieusement a permis de combiner des informations tant théoriques, nécessaires à la compréhension de ce handicap invisible, que pratiques sous la forme d'ateliers ... Nous citerons comme exemple, la mise en situation pour comprendre ce que vit l'enfant dyspraxique au quotidien, la démonstration de l'utilité des outils informatiques, tablettes et outils portables, dans l'enseignement ...

Enfin, si nous interrogeons les étudiants sur cette matinée, nous retrouverons un résumé des messages portés par les orateurs ainsi que toute la sagesse d'un futur professionnel.

- V. Ingelbrecht : « Un enfant dyspraxique a besoin de beaucoup plus de temps pour développer des automatismes. Un enfant dyspraxique n'arrête jamais : il est sans cesse en train de se concentrer pour bien faire les choses, mais il est tout de même maladroit. Quand il vous dit "je n'ai pas fait exprès", c'est la vérité. »

- S. Gregoire : « C'est à nous futur professionnel de faire changer les choses en prenant conscience des difficultés de chacun ... »

- R. Ihlal: « Il est toujours possible de trouver des solutions pour qu'un enfant dyspraxique participe aux sports, au lieu de laisser sur le banc ... Il y a bien des basketteurs en chaise roulante ! »

- A. Thibault: « Einstein est dyslexique il ne s'en est pas trop mal sorti. Harry Potter est dyspraxique et il ne s'en est pas trop mal sorti. On peut tous réussir »

- D. Nguyen: « Se glisser dans la peau d'une personne dyspraxique (même si la durée fut courte) était une expérience très enrichissante afin d'avoir une idée de sa lutte quotidienne. De plus, les nouvelles technologies permettent d'étayer leurs efforts dans son parcours scolaires ... même si cela nécessite un effort de longue haleine, un temps conséquent et l'engagement total de l'enseignant. »

En conclusion, nul doute que ce colloque ne doit pas rester sans échos et qu'une information détaillée devra compléter cette matinée. D'ailleurs, le SAI Parcours Comm'Un se propose de poursuivre les actions de sensibilisation ou d'immersion à destination des étudiants de la Haute École.
De plus, c'est dans cette volonté d'informer au mieux que le député Patrick Adam a l'intention de réaliser à moyen terme un « Guide des ressources de la Province de Luxembourg pour l'accompagnement de la personne en situation de handicap ».

dyspraxie

Sylviane Jeanty

Prochains évènements

Nous contacter

Plateau de Mageroux
B-6760 Virton
Téléphone : +32 (0)63 57 82 53
Fax : +32 (0)63 57 02 65
Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.