La Haute École Social Actualités Au programme… Théâtre-action !

Au programme… Théâtre-action !

Nos AS ont découvert un nouvel outil pour le moins original : le théâtre-action pour agir dans le cadre du travail social. Ils se sont rendus à la représentation de « Sur les traces de Léa », création collective qui témoigne de la violence conjugale. Dix ans après « Danse Léa ! », ils ont pu rencontrer les actrices : six femmes dont plusieurs ayant vécu ces violences et qui les abordent avec gravité, mais humour.

theatre action

Le théâtre-action comme outil d’expression et de reconstruction

Deux grandes catégories de théâtre-action peuvent être distinguées.
D’abord, les créations théâtrales réalisées par un public socialement ou culturellement défavorisé qui se présentent sous la forme d’ateliers-théâtre, par exemple. Ensuite, les créations théâtrales d’acteurs professionnels, mais réalisées en lien avec un public socialement ou culturellement défavorisé.
Dans les deux types de théâtre-action, les travailleurs sociaux (assistants sociaux, animateurs, comédiens) proposent aux groupes composés de personnes en situation socialement difficile qu’ils accompagnent des ateliers en lien avec les problématiques de celui-ci.
Comme l’explique le Collectif Alpha (2015), les ateliers théâtre peuvent se dérouler, à la demande ou sur base de proposition, sur le terrain même des groupes (maisons de jeunes, syndicats, CPAS, écoles…).
Les membres du groupe se réunissent « pour créer de la réflexion et des textes autour des préoccupations, révoltes et malaises qu’ils veulent exprimer. Leur travail ne se limite pas à dire, ils doivent aussi rechercher les causes de la problématique qu’ils veulent aborder. » Cette phase exploratoire et d’écriture collective sera suivie ensuite par la création d’une histoire à partir d’improvisations qui servent de support à la mise en scène de la pièce.
C’est grâce à l’écriture progressive d’une histoire, de sa mise en scène et de sa représentation devant un public, que les bénéficiaires apprennent à changer et à transformer leurs conditions d’existence.

En effet, la sociologue Rachel Brahy (2009) explique les bénéfices de ces ateliers : « quel que soit le groupe et quelle que soit la thématique traitée, la représentation est l'aboutissement d'un processus d'atelier relativement long qui est générateur d'une série d'effets positifs pour les personnes qui en font l'expérience ». Parmi ces effets sont énumérés la (re)prise de confiance, l'estime de soi, l'inscription dans un collectif, la rupture d'isolement. C’est-à-dire des effets de reconnaissance et de « restauration des qualités subjectives » des personnes ».
Sofia (nom d’emprunt), étudiante en BAC 1, s’y est rendue en tant que spectatrice et le reconnaît : dans un premier temps, « pas de gaieté de cœur ». En effet, ce type de problématique, « on ne veut pas en parler ». Cependant, le contexte du théâtre-action lui a permis de découvrir qu’il existe des outils, des actions qui permettent de sortir des personnes en difficulté de leur mutisme et d’être mieux ensemble.


Le théâtre-action pour interpeller nos étudiants


Le théâtre-action offre donc la possibilité aux personnes qui n’ont pas l’habitude d’être entendues de mettre en scène leur quotidien pour susciter la réflexion ou le changement.
« Danse Léa ! » est une pièce qui témoigne de la reconstruction possible de femmes après qu’elles aient subi des violences physiques et psychologiques. Le spectacle voulait, avant tout, mettre l’accent sur les violences psychologiques, celles qui ne laissent pas de trace, mais aussi dévastatrices que les violences physiques.
Ainsi, ces femmes ayant vécu des violences conjugales ont pu être écoutées par nos étudiants, mettant en scène leur vision du monde, et ce, en la confrontant à celles de nos AS. Briser des barrières entre les personnes en situation sociale difficile et le public, mais aussi construire un pont qui permette de se rejoindre constituent deux autres objectifs du théâtre-action. Cette connexion suscite alors, selon Brahy (2009), une forme d'« investissement dans l'espace public ». En effet, « les spectacles visent généralement des effets politiques grâce à une influence publique, [...] parce qu'[ils] apportent une contribution implicite au débat public [...] ».
Les créations théâtrales visent donc à interpeller, à susciter, sinon un changement, du moins, une réflexion. Sofia a été interpellée par ces actrices ouvertes qui parlent de leur souffrance pour se mobiliser en faveur d’une meilleure compréhension du phénomène, d’une meilleure appréhension du problème. Touchée, elle explique que ça apporte, ça ouvre les yeux par rapport à des personnes en difficulté.


Le théâtre-action comme piste d’action pour nos AS


Lors de cette activité, les étudiants ont eu l’occasion de prendre la mesure de la complexité de cette problématique de violence conjugale. Lena, également étudiante en BAC1, reconnaît qu’elle ne comprenait pas, avant cette représentation théâtrale, pourquoi les femmes victimes de ces agressions ne quittaient pas le foyer. Du jugement, elle est passée à la compréhension d’une réalité sociale qu’elle a eu l’occasion de découvrir.
En effet, à la fin de la représentation théâtrale, les actrices ont ôté leurs costumes pour participer à une « conférence-débat » autour de cette problématique de violence conjugale. Policiers, assistants sociaux, victimes de violence, personnel du planning familial… autant d’acteurs de terrain pour échanger avec les étudiants. Sofia évoque des discussions ouvertes autour du thème… parce que le principe du théâtre-action « ouvrait les personnes ». Elle ajoute même qu’elle a découvert un « bon outil de communication qui permet de diminuer la souffrance et qui pourrait être aussi utilisé dans d’autres cas que la violence. L’alcoolisme, la toxicomanie, par exemples ».


Références bibliographiques :


Brahy, R. (2009). Le théâtre-action, expression des minorités... En ligne : http://culture.ulg.ac.be/jcms/c_38770/fr/le-theatre-action-expression-des-minorites?part=2
Collectif Alpha. (2015). Théâtre et alpha 2.Théâtre-action, outil d’émancipation. En ligne : http://www.collectif-alpha.be/IMG/pdf/Theatre-action_-_Creer_une_piece.pdf
Godard, H. (2015). Sur les traces de Léa. Maison de la culture d’Arlon.

Prochains évènements

Nous contacter

2, Chemin de Weyler
B-6700 Arlon
Téléphone : +32 (0)61 23 01 27
Fax : +32 (0)61 23 01 29
Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.